Nouvelles recettes

Calamars grillés avec vinaigrette chili et radis

Calamars grillés avec vinaigrette chili et radis

Si vous ne trouvez pas de piments ají amarillo pour cette recette de calamars grillés, remplacez-les par la pâte, qui est plus largement disponible. Ajouter 2 c. coller à la vinaigrette avant d'ajouter l'huile. Cette recette est d'Oberlin à Providence, RI.

Ingrédients

Pansement

  • 1 piment ají amarillo séché
  • 2 gros ou 4 petits radis
  • 2 cuillères à soupe de vinaigre de Xérès ou de vinaigre de vin rouge
  • 1 cuillère à soupe de jus de citron frais
  • ½ cuillère à café de paprika fumé
  • Sel casher, poivre fraîchement moulu

Calamar

  • 2 livres de gros calmars nettoyés, corps et tentacules séparés
  • 5 gousses d'ail, râpées finement
  • ½ tasse de vinaigre de Xérès ou de vinaigre de vin rouge
  • Sel casher, poivre fraîchement moulu
  • Huile végétale (pour le gril)
  • 1 cuillère à soupe de jus de citron frais

Salade et Assemblage

  • ⅓ tasse de feuilles de persil aux tiges tendres
  • 1 cuillère à soupe de ciboulette émincée
  • 1 cuillère à soupe de feuilles de marjolaine
  • 1 cuillère à soupe de jus de citron frais
  • Sel casher, poivre fraîchement moulu
  • ½ tasse d'olives Castelvetrano dénoyautées, dénoyautées
  • Huile d'olive (pour arroser)

Préparation de la recette

Pansement

  • Placer les piments ancho, les piments d'arbol, les piments pasilla et les piments ají amarillo dans un grand verre à mesurer résistant à la chaleur et verser de l'eau bouillante pour les plonger. Couvrir d'une pellicule plastique et laisser reposer jusqu'à ce que les piments soient ramollis, 20-25 minutes. Égoutter.

  • Retirer les graines des piments; Jeter. Retirer les fanes des radis et les hacher grossièrement. Trancher finement les radis et réserver pour la salade. Mélanger les piments, les fanes de radis, l'ail, le vinaigre, le jus de citron, le miel et le paprika dans un mélangeur ; Assaisonnez avec du sel et du poivre. Mélanger jusqu'à ce que les piments soient finement hachés. Avec le moteur en marche, faites couler de l'huile; mélanger jusqu'à ce que la vinaigrette soit émulsionnée et lisse.

Calamar

  • Préparez un gril à feu vif. Couvrir le dessous d'une grande poêle en fonte avec 2 couches de papier d'aluminium et mettre sur la grille (vous voulez qu'il ait le temps de devenir très chaud).

  • Travaillant un à la fois, corps de calmar papillon. Coupez une fente de la large ouverture à l'extrémité pointue du corps et ouvrez-la en un triangle plat. Retirez le mince ruban clair de cartilage; Jeter. À l'aide du dos de votre couteau, grattez la membrane gélatineuse qui tapisse l'intérieur du corps. Bien rincer les corps et les tentacules ; séchez avec des serviettes en papier.

  • Mélanger l'ail, la mayonnaise, le vinaigre, plusieurs pincées de sel et quelques manivelles de poivre dans un grand sac en plastique refermable. Ajouter les calmars, sceller le sac en expulsant l'air et masser pour enrober les calmars de marinade. Réfrigérer 30 minutes.

  • Huilez légèrement la grille (la grille doit être propre, donc frottez-la avec une brosse métallique avant de la huiler si nécessaire). Retirer les calamars du sac en laissant la marinade s'égoutter. Placez quelques morceaux à plat sur la grille et placez immédiatement une poêle chaude sur le dessus (vous voulez travailler dans une zone suffisamment petite et avec suffisamment de morceaux pour que la poêle couvre tous les calmars à la fois). Griller jusqu'à ce que des marques apparaissent, environ 45 secondes, puis découvrir les calamars et les retourner (les morceaux s'enrouleront un peu). Remettre la poêle sur le dessus et griller jusqu'à ce que des marques apparaissent sur le deuxième côté, environ 45 secondes supplémentaires. Transférer les calmars dans un bol moyen. Continuer avec les calmars restants.

  • Ajouter le jus de citron dans un bol avec les calmars et assaisonner avec un peu plus de sel; mélanger pour enrober. Si les corps sont très gros, coupez-les en plus petits morceaux; transférer dans un plat. Arrosez de plusieurs cuillerées à soupe de vinaigrette (réservez le reste pour servir avec des viandes grillées ou des œufs brouillés).

Salade et Assemblage

  • Mélanger le persil, la ciboulette, la marjolaine, le jus de citron et les radis réservés dans un bol moyen; Assaisonnez avec du sel et du poivre. Répartir la salade sur les calamars ; garnir d'olives et arroser d'huile.

Recette de Benjamin Sukle, Oberlin, Providence, RI

Contenu nutritionnel

Calories (kcal) 700 Lipides (g) 53 Lipides saturés (g) 8 Cholestérol (mg) 540 Glucides (g) 23 Fibres alimentaires (g) 1 Sucres totaux (g) 2 Protéines (g) 36 Sodium (mg) 550

Vidéo associée

Calamars grillés avec vinaigrette chili et herbes

Section des critiquesOh seigneur. Cette recette a été un désastre complet. Par là, je veux dire juste la portion de calmar. J'ai obtenu la plupart des calmars (ils étaient petits) chez Whole Foods, et le reste, j'ai dû nettoyer et me procurer un calmar géant que j'ai trouvé sur le marché asiatique. Cela semble si bien sur le papier, mais la cuisson a lamentablement échoué. La fonte était si chaude que j'ai dû l'accrocher avec un marteau pour la déplacer autour du gril (ça brûlait les gants). Et le calmar n'a tout simplement pas bien cuit. Ils avaient des marques de gril, mais étaient soit secs comme l'enfer, soit super durs et moelleux. Vraiment vraiment peu appétissant. La meilleure partie de cette recette est la sauce et la petite salade. La sauce est phénoménale et la salade que je viens de mélanger avec des pommes de terre rôties (consultez la recette BA, c'est la meilleure de tous les temps !). C'était un geste super intelligent. Alors essayez les calamars, mais restez pour la sauce et la salade !AnonymeLas Vegas, Nevada06/07/20

Bol Poké Au Thon Sain

Des morceaux de succulent thon ahi cru agrémentés d'une étoile légère de vinaigrette au sésame et au gingembre dans mon bol personnalisable Healthy Thon Poke. Ce plat nutritif et puissant regorge de saveurs et est si rapide et facile à préparer !

À propos des Poke Bowls

Ayant passé près de 22 ans dans un État enclavé (Nouveau-Mexique), j'ai raté la tendance alimentaire qui avait apparemment pris d'assaut la côte continentale des États-Unis - les poke bowls.

Mon introduction aux bols poke est venue lors de notre premier voyage à South Padre Island, dans le sud du Texas. Notre petit restaurant préféré Ceviche Ceviche les prépare, et même si je ne pouvais pas m'arracher à leur ceviche incroyablement délicieux, j'ai demandé une leçon rapide sur les bols à poke et à poke. Poke (prononcé poh-kay) signifie "couper" en hawaïen et comprend traditionnellement des cubes épais de thon cru.

Traditionnellement, le thon est servi avec du riz à sushi, mais les nouveaux bols à poke incorporent une variété de légumes frais, de glucides et de sauces signature. Vous pouvez même trouver un poke bowl avec du saumon, du poulpe ou du tofu !

Flexibilité avec les recettes

J'adore cette approche décontractée de la planification des repas - beaucoup d'ingrédients sains et frais associés à une sauce savoureuse ou à un mélange d'assaisonnements. Il est si facile (et amusant) d'offrir de nombreuses options et de permettre à vos convives de personnaliser leurs propres bols.

Cette approche est similaire à mes bols de Bouddha tropicaux avec des plantains, des haricots noirs et de la salsa à la mangue avec un profil de saveur totalement différent. 😀 Le thon s'imprègne des saveurs d'une savoureuse vinaigrette au gingembre et au sésame riche en umami tandis que les légumes et les garnitures sont préparés.

Faire des bols poke sains au thon

Comment sont vos compétences au couteau ? Ce plat est tout un travail de préparation. Enfin presque ! Vous devez faire cuire votre riz et mélanger la vinaigrette.

Évidemment, j'ai choisi d'utiliser du riz noir, et je l'avais cuisiné la veille en testant la recette. Le refroidir pendant la nuit avait l'avantage supplémentaire de me permettre de le mouler - une belle touche esthétique à mon joli plateau, vous ne trouvez pas ?

Variations sur le "Modèle"

Mon objectif avec cet article est de vous fournir un "modèle" (le mot de mon mari) pour faire la recette vous-même. Ne vous focalisez pas sur le riz noir, même si ses statistiques nutritionnelles sont impressionnantes et sa texture si attrayante. Si vous aimez le quinoa, utilisez du quinoa. Si vous voulez plus d'expérience de sushi, utilisez du riz à sushi. Vous pouvez aller totalement à faible teneur en glucides sur ce point (si vous le devez) et ignorer cela complètement.

Comme je l'ai mentionné, j'adore le thon. THON CRU. TOUT LE THON CRU. Peut-être que non, et ce n'est pas grave ! Vous pouvez acheter du poisson cru de la meilleure qualité possible chez votre poissonnier ou votre comptoir de fruits de mer.

Cru signifie qualité sushi ou sashimi. Les crustacés (pensez aux pétoncles, aux crevettes, au poulpe, aux calmars) seraient également incroyables. Si cru vous fait vous tortiller, utilisez du poisson cuit mais ne me le dites pas. 😉 Je pense que le poulet grillé et coupé en cubes et le tofu frit seraient également délicieux.

Passons aux verts: j'ai essayé quelques options, y compris du chou napa râpé, mais nous avons adoré la texture des courgettes en spirale. La salade de brocoli, les concombres en julienne (ou en spirale), le bok choy, la laitue frisée rouge, etc. constituent d'excellentes alternatives. Si vous avez un spiraliseur, quels sont vos favoris ?

Je pense que nous avons eu le plus de plaisir avec les garnitures. J'ai sorti mon gingembre mariné (quelque chose que je garde sous la main pour les sushis), un paquet de "collations aux algues" (aka wakame séché) et un pot de furikake (assaisonnement de riz).

Le chili Fresno tranché finement, les oignons verts hachés et la coriandre fraîche étaient d'excellents ajouts. Graines de sésame grillées, noix de cajou hachées, IDK, qu'est-ce que vous aimez ? S'il vous parle « asiatique », essayez-le ! C'est un plat ludique et amusant qui demande de la créativité. 🙂 Allez-y !

Je tiens vraiment à souligner la flexibilité des bols sains au thon. Pensez au modèle plutôt qu'à la recette. C'est vraiment libérateur de se libérer des livres et des recettes et d'apprendre à cuisiner avec des profils de saveurs et un garde-manger bien garni. J'aimerais entendre vos pensées.


1. Pizza au saumon fumé

La pizza au saumon fumé est excellente aussi bien en entrée qu'en repas léger. C'est quelque chose que vous pouvez préparer rapidement et chaque bouchée est généralement assez saine et satisfaisante. La croûte croustillante garnie de savoureux morceaux de saumon fumé, de fromage crémeux, d'oignon et de câpres crée la saveur la plus délicieuse dans votre bouche. Et il est parfait pour le petit-déjeuner, le déjeuner, le dîner ou les collations de fin de soirée.


Salade de chou, 4 façons

Tasting Table sert un véritable éditorial. Il n'y a pas de paiement pour jouer : nous ne recommandons que les produits et services que nous aimons. Si vous lisez un article sur un produit ou un service sur notre site et effectuez un achat via les liens que nous fournissons, nous pouvons recevoir une petite commission ou des « frais d'affiliation » que nous utilisons pour compenser nos frais de rédaction. Les « contenus partenaires » de nos annonceurs ne sont pas des recommandations éditoriales et sont clairement indiqués sur chaque message ou e-mail en tant que tel. Cliquez ici pour notre politique éditoriale.

© 2008&ndash2021 TDT Media Inc. faisant affaire sous le nom de Table de dégustation.


Sandwichs aux biscuits au chocolat (page 32)

De Bon Appétit Magazine, juillet 2017 Bon Appétit Magazine, juillet 2017

Êtes-vous sûr de vouloir supprimer cette recette de votre bibliothèque. Cela supprimera tous les signets que vous avez créés pour cette recette.

  • Catégories : Biscuits, biscuits et craquelins Glaces et desserts glacés Thé de l'après-midi Dessert Été
  • Ingrédients: poudre de cacao farine tout usage beurre cassonade légère crème glacée au choix


LE GUIDE ALIMENTAIRE DE SAISON DE JUIN

Lorsque j'ai commencé ce guide pour la première fois, je me souviens avoir pensé à quel point ce serait excitant lorsque l'été arriverait enfin - ces mois grisants de produits abondants et de couleurs déchaînées, si prolifiques et diversifiées qu'elles provoqueraient presque une anxiété de choix. Ce que je ne savais pas à l'époque, c'est que rechercher des produits saisonniers inhabituels lorsque les cueillettes sont minces deviendrait en fait une partie du plaisir. Maintenant, j'ai le problème inverse: celui de trop de choix. Je ne pourrai jamais entasser toute la glorieuse abondance de la saison dans les trois prochains mois ! Mais je ferai de mon mieux.

Nous sommes sans aucun doute arrivés. Il y a cette formalité de l'été qui ne commence vraiment que le 21 juin, mais y souscrivons-nous vraiment ? Pas quand les cerises, les abricots, les prunes, les courges d'été, la pastèque et les tomates commencent à apparaître sur les marchés et qu'ils ne sont pas expédiés ici, absolument pas mûrs, du Mexique, de l'Argentine ou du Chili. C'est la véritable marque de fabrique du début de saison, et c'est ici, au diable le printemps froid. Il n'y a qu'une seule chose à me promettre : vous serez absolument cette personne qui se tient au-dessus d'un évier de cuisine avec toutes sortes de fruits en désordre dégoulinant sur votre visage et vos bras parce que vous venez de manger une pêche (ou une prune) , ou une tranche gargantuesque de pastèque). Maintenant, vas-y et va en ville.

SWEET CORN, le classique américain, est en fait une herbe sauvage cultivée. Pensé pour avoir été domestiqué il y a près de 9 000 ans, c'est une plante qui a fait tout un voyage. Aujourd'hui, le maïs est la principale culture produite aux États-Unis, bien qu'une grande partie de la récolte soit destinée à l'alimentation animale et à l'utilisation industrielle plutôt qu'à notre plaisir de manger estival. (King Corn vaut le détour.) Notre maïs sucré cultivé est très éloigné du grain consommé par les indigènes américains il y a des siècles. Élevé pour sa douceur et sa teneur plus élevée en sucre, c'est un élément emblématique et essentiel de la table d'été.

Le POBLANO POIVRON est un piment doux originaire de Pueblo, au Mexique, d'où son nom. Séchés, ils sont appelés piments ancho. Ils sont surtout connus pour leur rôle principal dans le plat mexicain Chile Relleno. Ils peuvent être incorporés n'importe où, comme une douce saveur de chili.

Les FLEURS DE COURGE sont la fin de la floraison de toute courge d'été, bien que le genre que l'on trouve généralement sur les marchés soit la jeune fleur de courgette. Leur saveur est un bel hybride de douceur florale délicate et de saveur subtile de courgette. Ils sont souvent farcis de fromage, panés et frits, mais peuvent également être ajoutés aux soupes et aux quesadillas ou même aux œufs brouillés ! Vous pouvez également cueillir les fleurs directement dans votre jardin - particulièrement bien avec les fleurs de courge mâles infertiles qui ne produisent aucun fruit.

CERISES : Au début du printemps, les fleurs de cerisier sont l'un des plus beaux et des plus sûrs signifiants de l'arrivée du printemps et, éventuellement, de l'été. Intensément sucrées, juteuses et savoureuses, les cerises sont l'un des plus grands délices de la saison. La variété Bing, illustrée ci-dessus, est la plus courante parmi les cerises douces. Les cerises de Virginie sont sauvages d'Amérique du Nord par rapport à la variété cultivée, qui viennent toutes d'Europe. Les cerises sont si parfaites mangées à l'improviste qu'il est difficile de les intégrer dans n'importe quelle recette, mais elles sont vraiment excellentes dans le clafoutis de dessert français rustique, et bien sûr, notre classique américain, la tarte aux cerises.

Le nom de BASIL vient du grec pour roi, et à juste titre, étant donné son importance dans la cuisine méditerranéenne et surtout italienne, ainsi que dans les cuisines de l'Inde et de l'Asie du Sud-Est. Bien qu'il puisse être trouvé sur les marchés toute l'année, il est particulièrement bien adapté aux plats estivaux et se marie même très bien avec les fruits d'été, tels que les pêches et les pastèques. Vous pouvez également remplacer le basilic par la coriandre –, une excellente chose pour ceux qui ont une aversion pour l'herbe.

SQUID, souvent appelé par son nom italien, calamars, sont un céphalopode à 10 pattes apparenté au poulpe. Ils sont doux, vaguement sucrés, riches en minéraux et relativement bon marché sur les marchés, ce qui en fait un excellent choix pour les barbecues d'été.

LA ROQUETTE SAUVAGE est un frère plus pointu et plus épicé de la roquette de jardin plus familière, bien que le terme sauvage est quelque peu impropre, car les deux sont cultivés. Elle est plus petite, moins feuillue et plus élancée que la roquette commune, avec une saveur poivrée intensément concentrée. Agrémentez vos pestos, salades d'été et plats principaux avec ce vert nutritif.

ABRICOTS : Richement dorés avec une teinte rosée, les abricots sont un autre cousin de la famille des fruits à noyau. Cultivés depuis la préhistoire, ils seraient originaires de Chine. Doucement sucré et légèrement acidulé, leur saison est brève et leur tempérament délicat.


Grillades philippines

Même parmi les citadins sophistiqués de Manille, ihaw ihaw est le goût de la maison, quelque chose comme la nourriture réconfortante. Des barbecues dans la rue vendant des viandes grillées et du poisson avec du riz apparaissent à presque tous les coins de rue aux Philippines tous les après-midi au crépuscule, de nombreux restaurants ont une section sur leur menu dédiée uniquement aux grillades (de nombreux restaurants ajoutent en fait des grillades quelque part dans le nom de l'établissement, en précisant qu'il s'agit d'un “Grill & Restaurant”). Et au cœur de Manille, ce sont les joints ihaw ihaw qui sont ouverts 24h/24, pas les chaînes de restauration rapide. Une fois, par exemple, j'étais avec une écologiste pédante sur les problèmes de santé, et elle s'est arrêtée pour acheter des brochettes de porc grillé. "Ce n'est pas vraiment bon pour la santé", marmonna-t-elle. Les produits chimiques gras et nocifs du charbon de bois pénètrent dans la viande. Mais je ne peux pas y résister.

Malgré l'agitation de mon ami, les grillades aux Philippines ont l'avantage pour la santé d'être fraîches et cuites simplement, quelque chose qui permet aux goûts simples des viandes et du poisson grillés de s'imprégner. Si vous n'avez pas envie de démarrer un barbecue au charbon de bois, les viandes et les poissons peuvent être grillés avec de bons résultats sur des grils à gaz, bien que le goût sur les charbons soit bien sûr supérieur. Les Philippins mangent des grillades avec du riz cuit à la vapeur nature accompagné de sauces barbecue maison qu'ils arrosent sur le riz et la viande selon leurs préférences personnelles. Parfois, un ou deux autres plats, dont des soupes accompagnées de riz, sont servis pour rendre le repas moins sec.

Dans les grillades plus élaborées, la viande est marinée. La marinade la plus populaire est composée de quantités égales de ketchup et d'huile végétale (assez de ces deux pour couvrir toute la viande), un oignon finement haché, de l'ail écrasé (un peu, juste assez pour que la saveur de l'ail se mélange dans le goût général, mais pas assez pour être un goût distinct), des piments rouges hachés (assez pour une saveur épicée) et du sucre (pas plus d'une cuillère à soupe). Une autre variante de cette marinade, élaborée par ceux qui sont plus soucieux de leur santé, comme les cuisiniers des restaurants haut de gamme, élimine l'huile et introduit le Sprite (la boisson gazeuse) : il se compose de ketchup de tomate, de jus de citron vert, de Sprite, de sauce soja (en un ratio respectif de 5:3:3:2) et un peu d'ail écrasé. Une marinade différente est composée de vinaigre (assez pour couvrir la viande), de poivre, de sel, d'un peu d'ail écrasé, du jus d'un demi citron vert (ou citron) et d'un oignon finement haché. Dans tous les cas, la préparation est la même : des morceaux de porc ou de poulet sont marinés pendant environ une heure, puis attachés à des brochettes et grillés en grillant, davantage de marinade est badigeonnée sur la viande. Ensuite, la marinade est réservée pour être servie avec le repas comme une sauce barbecue maison. Pour préparer cette sauce, un filet de sauce soja est ajouté à la marinade, puis servi sur la table pour être versé sur le riz individuellement, selon les goûts personnels.

Parfois, les préparations de viandes grillées sont cuites en deux processus. Les morceaux de viande sont d'abord cuits à la manière d'adobo–en quantités égales de sauce soja et de vinaigre blanc, deux feuilles de laurier, deux gousses d'ail hachées, un petit oignon haché et un long piment vert jusqu'à mi-cuisson, puis égouttés et grillés jusqu'à cuisson. Ce processus est principalement appliqué et fonctionne mieux avec le foie de porc ou le foie de poulet. Dans cette méthode de cuisson, l'oignon et l'ail sont frits dans un peu d'huile jusqu'à ce que l'oignon soit tendre, puis le reste des ingrédients est ajouté, porté à ébullition et mijoté pendant une minute ou deux. Ensuite, le foie ou la viande sont retirés, piqués dans des brochettes et grillés pendant une minute supplémentaire.

Tous les types de grillades sont invariablement servis avec du riz cuit à la vapeur nature et des sauces barbecue ou des condiments faits maison (appelés scie sauteuse) qui sont arrosés sur le riz par chaque personne selon ses préférences. Deux de ces condiments, ceux qui sont initialement utilisés pour faire mariner les viandes, sont expliqués ci-dessus. Une sauce plus courante se compose de sauce soja (dix cuillères à soupe), de citron (une cuillère à soupe et demie), d'une grosse cuillère à soupe d'oignon haché et de deux piments rouges hachés. Une sauce plus simple est faite avec une demi-tasse de vinaigre blanc, deux gousses d'ail écrasées et un petit oignon finement haché. Deux autres condiments sont les sauces chili. Le plus simple consiste en une demi-tasse de sauce de poisson, une cuillère à soupe de flocons de piment rouge et le jus d'un citron vert pressé. Une sauce pimentée plus élaborée est parfois servie, cuite à l'avance et conservée dans des bocaux. Pour faire assez de cette sauce chili pour plusieurs portions, faites bouillir sept onces de piments rouges hachés dans une tasse d'eau avec deux cuillères à soupe de sucre, une cuillère à soupe de sel et une cuillère à soupe de vinaigre. Lorsqu'il commence à bouillir, réduisez le feu, laissez mijoter une quinzaine de minutes, puis mixez le contenu en purée. Dans une casserole séparée, mettez deux cuillères à soupe d'huile végétale, versez la purée de piment et faites cuire à feu doux. Au fur et à mesure que la purée bouillonne, remuez constamment pour éviter que la purée ne colle au fond et laissez cuire environ cinq minutes. Cette sauce piquante, très chaude, peut ensuite être conservée dans un bocal hermétique au réfrigérateur et des cuillerées en servir sur la table au besoin, veillez à n'utiliser que des cuillères propres dans la sauce pimentée pour éviter la formation de moisissure.

Les Philippins ont développé un goût pour toutes sortes de grillades à vous retourner l'estomac. L'un des grils les plus populaires s'appelle Sisig–. Il se compose de morceaux hachés de différentes parties de porc, en particulier les oreilles, la graisse, les intestins et l'estomac, collés sur une brochette et grillés de la même manière que des morceaux de porc maigre sont grillés, soit simplement, soit arrosés de marinade. Les intestins sont également mangés indépendamment dans une autre incarnation. Morceaux d'intestins de porc collés sur des brochettes et grillés simplement. La graisse de porc, quant à elle, composée de cubes de graisse ordinaire de peau de porc en brochettes et grillées, est couramment consommée comme collation avec de la bière. Les parties inhabituelles les plus célèbres du poulet qui sont mangées sont littéralement les brochettes de poulet, des morceaux de viande sculptés dans le cul du poulet et simplement grillés. Ceux-ci sont moelleux (le gras) et croquants (le cartilage) lorsqu'ils sont consommés. Inihaw na Balun-balunan (gésier de poulet) est également populaire, haché et en brochette et grillé, et très moelleux. Les Adidas (pieds de poulet grillés) sont également moelleux et tout à fait incapables de rassasier un estomac affamé, ce sont tous des morceaux de peau grasse attachés aux os. Pourtant, peut-être les plus répugnantes, du moins pour les goûts occidentaux, des viandes grillées se trouvent dans les petits villages pauvres des zones rurales : des serpents grillés entiers et, à un niveau plus intense, des varans (il y a des lézards de six pieds de long, épais comme un bras) qui sont écorchés et grillés.


Avis client

Ce livre de cuisine m'a absolument époustouflé. Les photos sont spectaculaires et la mise en page est réfléchie, presque toutes les recettes occupent une page tandis que la page opposée est la photo correspondante, ce qui rend les recettes simples à suivre pendant la cuisson. L'écriture est concise et intéressante, les recettes sont écrites explicitement, il y a une gamme substantielle de saveurs et de plats couverts, et plus important encore - les résultats finaux sont incroyables. [J'ai posté une liste des recettes à la fin de ma critique.]

Je ne suis jamais allé à Gjelina, et je n'en avais même pas entendu parler lorsque j'ai commandé le livre de cuisine, mais cela semblait être le genre de nourriture que j'apprécierais - pizza maison, pâtes, légumes rôtis, desserts délicieux mais pas compliqués. Je ne savais pas par où commencer, alors ce livre de cuisine a traîné dans ma maison pendant un moment, mais une fois que j'ai essayé le ragoût de chou frisé aux pois chiches, j'étais complètement accro. Je ne peux pas arrêter de cuisiner des plats de ce livre de cuisine. Jusqu'à présent, j'ai fait le ragoût de pois chiches (ça marche presque aussi bien avec des pois chiches en conserve si vous vous sentez paresseux), chou-fleur rôti, choux de Bruxelles grillés au bacon, salade de chou frisé-fenouil, sauce pomodoro, pizza pomodoro, poulet rôti au braisé le chou frisé, le gâteau à l'huile d'olive à la courge kabocha et la tarte au chocolat à couper le souffle. Chaque recette que j'ai essayée a été de l'or pur. Pas difficile, pas trop compliqué, facile à trouver et incroyablement agréable à manger.

Contenu------
Assaisonnement:
Za'atar de Californie
Soffrito
Pistou aux carottes
Pesto menthe-grenade
Pesto menthe-pistache
Pesto jalapeño-gingembre-menthe
Pesto de brocoli
Charmoula
gremolata au raifort
Salsa verde de persil
Chimichurri
Harissa
Harissa verte
Bagna Cauda
Mojo de Ajo
Yaourt épicé
Crème fraîche au babeurre
Aïoli (basique, olive noire & anchois, pimenton, amande fumée)
Romesco
Sauce Pomodoro
Beurre de tomate fumé
Tomate confite
Confit de tomates cerises
Echalote confite
Ail confit
Chips d'ail et huile d'ail
Échalotes croustillantes & huile d'échalote
Mostarda aux pommes rôties, romarin et poivre noir
Piments Fresno marinés
Oignons rouges marinés
Aubergines marinées aux anchois et piment Fresno
Navets marinés au citron Meyer
Concombres sucrés épicés
Citrons confits
Poireaux fermentés
Giardiniera
Kimchee avec pâte de chili Guajillo
Poivrons rouges rôtis ou grillés
Pain grillé ou toasté

Salades:
Laitue mélangée avec vinaigrette au yogourt et croûtons chauds
Salade toscane de chou frisé avec fenouil, radis et salata de ricotta
Salade d'épinards Bloomsdale avec vinaigrette miel-ail, feta et pignons de pin
Salade scarole & topinambour aux amandes fumées & citron confit
Salade de roquette & radicchio avec échalotes croustillantes & vinaigrette oi-sherry à l'échalote
Salade d'herbes épicées avec vinaigrette gingembre-lime
Salade de truite fumée au pamplemousse et avocat
Gemmes avec kaki Fuyu, grenade, vinaigrette à l'ail croustillant et au fromage bleu
Feuilles de pissenlit avec vinaigrette citron-anchois
Kale grillé avec vinaigrette échalotes-yogourt & noisettes grillées
Chicorées grillées avec œufs frits croustillants & vinaigrette au bacon
Quartiers de scarole grillés avec vinaigrette citron-anchois & poivrons rôtis
Romaine rouge grillée avec bagna cauda

Pizzas & Toasts :
Pâte à pizza Gjelina (attention : une des rares recettes qui demande de se préparer au moins 1 jour)
Pizza pomodoro
Pizza pomodoro crudo
Pizza aux épinards, feta et ail confit
Pizza aux orties, raclette & piment Fresno
Pizza aux champignons & chèvre truffé
Pizza aux asperges, sottocenere & œuf ensoleillé
Pizza aux anchois & poivrons grillés
Pizza avec guanciale, olives castelvetrano & chili Fresno
Pizza au bacon et radicchio
Pizza aux saucisses d'agneau et au brocoli rabe
Caponata d'aubergine & burrata sur baguette toastée
Toasts aux champignons
Rillettes de truite de mer fumée & poireaux fermentés sur toast de seigle
Pâté de poulet & foie de canard aux betteraves marinées & feuilles de moutarde sur toasts briochés
Morcilla poêlée avec mostarda de pomme rôtie, romarin et poivre noir & chimichurri sur baguette grillée

Des légumes:
Petits radis aux olives noires & aïoli aux anchois
Haricots verts sautés, amandes fumées, échalotes confites & citron confit
Pois mange-tout et vrilles avec prosciutto, soffrito et menthe
Romanesco poêlé aux raisins secs dorés, tahini & sumac
Gombo poêlé, olives noires, tomates confites, pignons de pin et piment
Maïs doux braisé, chili, coriandre, feta et lime
Haricots romano braisés aux épices avec yaourt et menthe
Fèves braisées, citron, poivre noir, pecorino
Pois chiches verts braisés à la grenade et à la feta
Artichauts rôtis au piment de Calabre, anchois et échalotes croustillantes
Fenouil rôti à l'orange & flocons de piment rouge broyés
Chou-fleur rôti à l'ail, au persil et au vinaigre
Courge poivrée rôtie aux noisettes, beurre noisette & romarin
Betteraves rôties avec fanes, yogourt aux herbes et raifort
Betteraves rôties à l'avocat, orange, noisettes grillées et vinaigre de Xérès
Topinambours rôtis avec vers de salsa au persil
Pommes de terre violettes rôties avec aïoli, raifort, oignon rouge mariné et aneth
Ignames rôties au miel, yogourt d'Espelette et citron vert
Panais rôtis au four et picada aux noisettes
Petites carottes poêlées, orange, coriandre, sésame & yogourt épicé
Petits navets poêlés avec leurs verdures & chimichurri
Asperges géantes grillées avec gribiche & poutargue
Aubergines grillées, Mojo de Ajo & salsa verde au basilic
Courge d'été grillée, Za'atar & confit de tomates cerises
Courge kabocha grillée au peso menthe-grenade
Pleurotes royales grillées au beurre d'estragon
Broccolini grillé à l'ail, flocons de piment rouge broyés et vinaigre de vin rouge
Gratin de pommes de terre, poireaux et blettes au taleggio
Choux de Bruxelles grillés avec bacon et dattes
Patates douces hachées

Pâtes:
Spaghetti pomodoro
Spaghetti aux anchois, flocons de piment rouge broyés, ail et origan
Orecchiette aux coeurs de poulet, feuilles de navet, pecorino & poivre noir
Gnocchis à la ricotta et pomodoro aux tomates cerises
Chitarra à l'encre de seiche aux anchois
Rage de seigle avec saucisse, champignons et fenouil
Gratin de thon & sarrasin-pâtes
Agnootti à la courge Kabocha & fromage de chèvre avec beurre noisette & picada aux noix

Soupes, ragoûts et céréales :
Bouillon de légumes
Stock de poisson
Stock de poulet
De bouillon de bœuf
Bouillon d'os de boeuf aux légumes et œuf poché
Soupe poulet & scarole avec charmoula & citron
Soupe de tomates, betteraves et carottes
Ragoût de haricots anciens avec orge et harissa verte
Ragoût de pois chiches avec tomate, curcuma, yogourt et harissa
Riz sauvage au chorizo, noix et grenade
Baies de blé au bouillon de fenouil
Farro au yaourt à la betterave et à la menthe
Farro piccolo cuit au pomodoro
Gruau de maïs rustique avec sugo aux champignons et œuf poché

Poisson:
Huîtres (5 sauces différentes)
Crudo (4 façons)
Maquereau grillé au gingembre, ail, citron vert et oignon vert
Daurade entière grillée aux tomates vertes, basilic & menthe
Sardines au four à la sauce tomate-poivre
Ragoût de bar rayé avec aïoli de chou-rave, fenouil, safran et pimenton
Cioppino
Calamars aux lentilles & salsa verde
Poulpe grillé aux petits pois braisés
Moules au chorizo ​​& tomates confites
Palourdes poêlées à la fonte au beurre de persil
Crevettes rôties à l'ail, persil, flocons de piment rouge broyés et citron

Moi à:
Pâté rustique de poulet et foie de canard
Épaule de porc & pâté de foie de canard au paprika & ail
chorizo
Saucisse d'agneau
Boudin noir
Saucisse de porc & fenouil avec fava & tomates cerises
Boulettes de viande braisées au vin rouge et à la tomate
Foie de veau poêlé aux poireaux & vin rouge
Steak de lame carbonisé avec sauce au poivre vert et à la poêle au xérès
Steaks au beurre de tomate fumé & cipollini
Épaule d'agneau mijotée à l'orange, yaourt et herbes
Côtes d'agneau glacées au guajillo
Lapin braisé aux trompettes noires & paprika
Demi-poulet rôti avec chou frisé braisé fumé

Dessert:
Sorbets (Noix de coco, mûre-gingembre, framboise-rose et fraise+citron Meyer)
Gelato (huile d'olive et gingembre)
Pots de crème au caramel au beurre salé
Panna cotta au yaourt aux agrumes d'hiver
Croustillant de polenta fraise-rhubarbe
Tarte aux mûres, myrtilles et gingembre
Tarte au chocolat
Gâteau kabocha, huile d'olive et chocolat aigre-doux
Gâteau chaud aux dattes avec gelato au gingembre


Anonyme demandé:

Salut! Si les demandes sont ouvertes, puis-je obtenir des recettes pour un coyote qui ne peut pas avoir de sauce rouge ou de chocolat noir ? Je suis du genre canin à la viande et aux pommes de terre, mais j'essaierai n'importe quoi au bœuf/poulet/fruits de mer et j'adore les pâtes. Merci beaucoup, j'adore votre blog ! xx

Hé anon ! Oui bien sûr, désolé pour l'attente. Je ne sais pas ce que vous entendez par sauce rouge, car cela pourrait être beaucoup de choses, alors j'ai en quelque sorte essayé d'éviter tout ce qui est rouge (si vous attrapez quelque chose dans ces recettes auquel vous êtes allergique, omettez-les simplement, ça devrait aller !) . Pas de chocolat noir, mais beaucoup de viande et de pommes de terre dans cette liste ! ^-^

Voilà ! J'espère que vous les apprécierez et si ce n'est pas le cas, n'hésitez pas à me le faire savoir si ce n'est pas le cas, vous pouvez toujours revenir et demander à nouveau

Salut! Puis-je obtenir des suggestions de nourriture pour un dragon cracheur de feu pescatarien (pas de thon s'il vous plaît) ? Merci!

Absolument! ^-^ J'ai fait un thème grillé à cause de l'aspect cracheur de feu !

Voilà ! J'espère que vous les apprécierez et si ce n'est pas le cas, faites-le moi savoir et je remplirai la demande ! Bravo et bonne bouffe

Anonyme demandé:

Si vous avez le temps, pourriez-vous éventuellement grappiller quelques repas/collations pour un dragon rouge ? Pls pas de crustacés ou de noix, car ils ne peuvent pas les manger! Merci d'avance! 🔺🔺

Oui, bien sûr, je peux grappiller quelques repas/collations. J'ai pensé que des repas/collations épicés seraient bons pour un dragon rouge. C'est peut-être faux, mais j'imagine juste carboniser des choses avec le feu et vous vous êtes procuré de bons aliments parmi lesquels choisir !

Et voilà ! J'espère que vous les apprécierez et si ce n'est pas le cas, n'hésitez pas à revenir et je remplirai la demande pour vous ! J'ai évité les crustacés/poissons et les noix en général, et j'ai essayé de vérifier, mais bien sûr, mes yeux ne sont pas toujours parfaits, donc si quelque chose s'y trouve, n'hésitez pas à l'omettre, cela ne devrait pas être vital pour la recette ! ^-^ Bravo et bonne bouffe


Culture italienne - L'art des affaires

A.P Giannini

La Bank of America, la plus grande banque du pays, a été créée en 1904 par Amadeo Pietro (A.P.) Giannini (1870-1949) à San Francisco. Appelée à l'origine la Banque d'Italie, elle a changé de nom en 1928 et a fusionné en 1998 avec NationsBank Corp. Giannini a financé le Golden Gate Bridge et l'industrie cinématographique, y compris Cecil B. DeMille “s “ les dix commandements” et Disney’s &# 8220 Blanche-Neige, ainsi que les industries aérospatiale et agricole de la Californie.

A.P Giannini était le premier fils de Luigi et Virginia Giannini. Luigi Giannini a immigré aux États-Unis de Favale di Malvaro près de Gênes, en Ligurie (à l'époque le royaume de Sardaigne, plus tard partie de l'Italie) pour prospecter dans la ruée vers l'or en Californie de 1848-1855. Luigi a continué dans la recherche d'or pendant les années 1860 et est retourné en Italie en 1869 pour se marier. Il a ramené sa femme Virginia aux États-Unis et s'est installé à San José. Luigi Giannini purchased a 40 acre farm at Alviso in 1872 and grew fruits and vegetables. Four years later Luigi Giannini was fatally shot by an employee over a pay dispute. Virginia (a widow at the age of 21 with two children and pregnant with a third child) took over the operation of the produce business, bringing the adolescent Amadeo into the business. Virginia later married Lorenzo Scatena, who established L. Scatena & Co. (which A.P. Giannini would eventually take over). Amadeo realized at the age of 13, he could do better in business than at school. He dropped out and took a full-time position as a produce broker for L. Scatena & Co.

He moved up to commission merchant and later to a produce dealer in the Santa Clara Valley. He was very successful in that business and married Clorinda Cuneo, daughter of a North Beach real estate magnate in 1892. Eventually he sold his interests in the produce business and at the age of 31 turned to administering his father-in-law’s estate. He later became a director of the Columbus Savings & Loan in which his father-in-law owned an interest. At the time banks were run for the benefit of the wealthy and Giannini observed an opportunity to service the increasing immigrant population that were without a bank. At odds with the other directors who did not share his sentiment, he quit the board in frustration and started his own bank.

He founded the Bank of Italy in San Francisco on October 17, 1904. The bank was housed in a converted saloon as an institution for the “little fellow”. It was a new bank for the hardworking immigrants other banks would not serve. He offered those ignored customers savings accounts and loans, judging them not by their wealth but by their character. Deposits on that first day totaled $8,780. Within a year, deposits soared above $700,000 ($13.5 million in current dollars).

The 1906 San Francisco earthquake and fires leveled much of the city. In the face of widespread devastation, Giannini set up a temporary bank, collecting deposits, making loans and proclaiming that San Francisco would rise from the ashes. Immediately after the earthquake, he moved the vault’s money to his home outside the fire zone in then-rural San Mateo, 18-miles by horse and wagon. The money was moved in a garbage wagon, owned by Giobatta Cepollina, also a native of Italy (Loano). The cargo was disguised beneath garbage to protect against theft. The fires severely heated the vaults of the city’s other big banks. Opening them immediately would ruin the money, so they were kept closed for weeks. Because of this, Giannini was one of the few who was able to provide loans. Giannini ran his bank from a plank across two barrels in the street where he made loans on a handshake to those interested in rebuilding. Years later, he would recount that every loan was repaid.

By 1916, Giannini had expanded and opened several other branches. Giannini believed branch banking was a way to stabilize banks during difficult times, as well as expand the capital base. He bought banks throughout California and eventually had more than five hundred branches throughout the state. In 1928, Giannini approached Orra E. Monnette, president and chairman of the Bank of America-Los Angeles, about a merger of the two financial institutions. Upon finalizing the merger, Giannini and Monnette concurred that the Bank of America name idealized the broader mission of the new bank. The new institution continued under Giannini’s chairmanship until his retirement in 1945.

Ligurian Chickpea and Vegetable Soup

  • 1 14 ½ oz. can diced Italian tomatoes, undrained
  • 1 bunch swiss chard, stems removed and leaves shredded
  • ¾ oz dried porcini mushrooms, soaked in warm water for 30 minutes
  • 1 cuillère à soupe d'huile d'olive
  • Sel au goût
  • 1 15 oz can chickpeas, rinsed and drained
  • 1 oignon, coupé en dés
  • 1 clove of garlic, minced
  • 1 branche de céleri, coupée en dés
  • 4 cups low sodium chicken broth or vegetable broth

Sauté the chopped onion, celery and drained mushrooms in the olive oil.

Add tomatoes, garlic and the shredded Swiss chard leaves.

Add the drained chickpeas to the sautéed vegetables and simmer for five minutes. Then add the chicken broth, season with salt and bring to a boil. Reduce heat and simmer about ten minutes.

Generoso Pope

The first Italian American millionaire was Generoso Pope, who came to America from Benevento, Italy in 1904. He began as a railroad laborer, later worked for a small construction firm called the Colonial Sand and Stone Company, which he bought out in 1925 and made into the largest supplier of building materials in the country. In 1929, he bought Il Progresso Italo Americano, the first Italian-language daily newspaper in the U.S., founded in 1880. Pope’s son, Fortunato, became its publisher. His other son, Generoso, Jr., was the publisher of The National Enquirer and was one of Forbes’ 400 wealthiest Americans.

Generoso was born with the name Generoso Antonio Pompilio Carlo Papa. He was the son of farmers, Fortunato and Fortunata Papa. After coming to America, he fathered three sons with his wife Catherine. His eldest son, Fortunato (“Fortune”), (1918–1996) graduated from Columbia University and became an executive in the family construction business. Anthony (1919–2005) who was the middle son, took over the family business and quadrupled the size of Colonial Sand and Stone Company in less than four years. Generoso Pope, Jr. (1927–1988) graduated from Massachusetts Institute of Technology at age 19.

Generoso Pope arrived in America at age 15 in 1906 with $10 in his pocket and got his first job carrying drinking water to construction workers for $3 per week. He rose to construction supervisor and, eventually, owner of Colonial Sand & Stone, which was one of the largest sand and gravel companies in the world. Colonial built much of New York City’s skyline, including Rockefeller Center, Radio City Music Hall, the Empire State Building, the George Washington Bridge and the original Yankee Stadium.

In 1912, Generoso established Pope Foods to bring to America the unique Italian flavors which he had enjoyed as a young child in Italy. He bought the Italian-language daily newspaper Il Progresso Italo-Americano in 1928 for $2,050,000. He doubled its circulation to 200,000 in New York City, making it the largest Italian-language daily in the country. He purchased additional papers in New York, including Il Bollettino della Sera, Il Corriere d’America et le Philadelphia daily L’Opinione. Generoso also acquired a small newspaper company and transformed it into The National Enquirer. He also owned the radio station, WHOM. He became the chief source of political, social and cultural information for the community.

Pope encouraged his readers to learn English, become citizens and vote. His goal was to instill pride and ambition to succeed in modern America. A conservative Democrat, Pope was closely associated with Tammany Hall politics in New York and his newspapers played a vital role in securing the Italian vote for Franklin D. Roosevelt’s Democratic ticket. With his presidential friendships, Generoso was able to make Columbus Day into a national holiday. He established the Columbus Day Parade in New York City, which is still the world’s largest Columbus Day Parade.

Almond Cookies from Benevento

  • 4 cups all-purpose flour
  • 3 1/2 cups sugar
  • 5 teaspoons baking powder
  • 1/4 cuillère à café de muscade
  • 1/4 cuillère à café de cannelle
  • 1/4 teaspoon cloves
  • 1 3/4 cups almonds, toasted and finely chopped
  • Zest of 1 lemon
  • 4 œufs
  • 1 cuillère à soupe d'extrait de vanille
  • 4 ounces (1 stick) unsalted butter, softened

Preheat the oven to 350 dgrees F. Butter and flour 2 large cookie sheets or line with parchment paper.

Mix all the dry ingredients together in a large bowl. Add the zest, eggs, vanilla and butter and mix until you have a dough that comes together in a ball.

Divide the dough into 8 pieces.

Roll each piece under the palms of your hand until a 12-inch rope is formed. Carefully place the ropes on the cookie sheets and bake for about 20 minutes. The rolls should be firm to the touch, but not so hard that slicing them will be difficult.

As soon as the ropes come out of the oven, use a sharp or serrated knife to cut diagonal cookies about 3/4 of an inch wide. Spread the individual cookies on the cookie sheets and bake them for 5 additional minutes.

Cool the cookies on wire racks and store in layers separated by wax paper or plastic wrap in a tightly sealed tin.

Edward J. DeBartolo

Edward J. DeBartolo, Sr. began as a construction worker and became one of the largest real estate developers in the nation. During the 1960s, the DeBartolo Corporation developed shopping malls and suburban office parks.

The second of six children, DeBartolo was born in Youngstown, Ohio, a center of steel production that was also a major destination for immigrants from Southern and Eastern Europe. DeBartolo’s parents, Anthony Paonessa and Rose Villani, had immigrated to the United States from Italy. DeBartolo would never know his biological father, who died suddenly before his birth.

After Anthony Paonessa died, Rose Villani Paonessa married Michael DeBartolo and Edward took his stepfather’s family name. Michael DeBartolo emigrated from Bari, Italy with his family at age 17 and became a paving contractor and a builder of warehouses. While a teenager, Edward DeBartolo began transcribing paving contracts for his stepfather, who did not read or write English.

DeBartolo went on to earn a degree in civil engineering at the University of Notre Dame. Next came a decade of construction jobs with his stepfather. In view of his engineering skills, DeBartolo found himself serving in the Army Corps of Engineers during World War II and it was during the war while stationed in Italy that he married Marie Patricia Montani. After the war ended, DeBartolo served as president of Michael DeBartolo Construction and he was able to take advantage of dramatic changes occurring across the United States after World War II. As more Americans moved into suburbs, there was a corresponding increase in demand for convenient access to stores. His first retail development was the construction of Gray’s Drug Store and a Sears Roebuck department store in the “uptown” area of Youngstown.

DeBartolo’s company was one of the first companies in the United States to build shopping centers in suburban communities. These shopping centers were initially plazas built as long strips, but soon DeBartolo began developing enclosed shopping malls with his brother Frank DeBartolo acting as architect and he formed the Edward J. DeBartolo Corporation. It became the undisputed leader in the shopping mall industry, comprising almost one-tenth of all mall space in the United States. DeBartolo also branched out into other types of urban development and construction, such as hotels, office parks and condominiums. He established a work ethic of fifteen-hour days and seven-day weeks. He once told his senior executives, “My wife has never seen me lie down while the sun was up.” By 1990, DeBartolo was estimated to have more than $1.4 billion in personal wealth.

DeBartolo purchased the San Francisco 49ers football team in 1977 and gave the team to his son, Edward J. DeBartolo, Jr., who devoted significant resources to the team, became an expert in team management and player relations and made it one of the most successful NFL franchise during the 1980s. The family also owned the Pittsburgh Penguins of the National Hockey League from February 1977 until November 1991. The team would win the Stanley Cup in 1991 and DeBartolo said at a rally after the first win that the occasion was “possibly the happiest moment of my life”. While DeBartolo was unsuccessful in his attempt to purchase the Chicago White Sox in 1980, he owned and developed three thoroughbred racetracks – Thistledown in Cleveland, Remington Park in Oklahoma City and Louisiana Downs in Bossier City, Louisiana.

DeBartolo’s contributions to the campus at the University of Notre Dame include DeBartolo Hall (the main classroom building) and DeBartolo Performing Arts Center (DPAC), both located on a quad that students refer to as the “DeBartolo Quad”. There is also a DeBartolo Hall on the campus of Youngstown State University, where he has given many endowments to the University. The DeBartolo Corporation continues to be based in nearby Boardman, Ohio.

Bari Pork Chops Pizzaiola

  • 2 cuillères à soupe d'huile d'olive
  • 6 center-cut loin pork chops, cut 1 to 1-1/2 inches thick
  • 1 teaspoon finely chopped garlic
  • ½ teaspoon dried oregano, crumbled
  • ¼ teaspoon dried thyme, crumbled
  • ½ bay leaf
  • ½ cuillère à café de sel
  • ½ tasse de vin rouge sec
  • 1 cup drained canned tomatoes pureed through a sieve or food mill
  • 1 tablespoon tomato paste
  • ½ pound green peppers, seeded and cut in 2-by-1/4-inch strips (about 1-1/2 cups)
  • ½ pound fresh mushrooms, whole if small, quartered or sliced if large

In a heavy 10-to 12-inch skillet with a cover heat 1 tablespoon of olive oil. Brown the chops for 2 or 3 minutes on each side and transfer them to a plate. Add the garlic, oregano, thyme, bay leaf and salt to the pan and cook for 30 seconds, stirring constantly. Add the wine and boil briskly to reduce it to about ¼ cup, scrapping in any bits of meat or herbs in the pan. Stir in the tomatoes and tomato paste and return the chops to the skillet. Baste with the sauce, cover, and simmer over low heat, basting once or twice, for 40 minutes.

Heat the remaining oil in another skillet with a cover. Cook the green peppers for about 5 minutes, stirring frequently. Add the mushrooms and toss them with the peppers. Cover and simmer for 5 minutes. Simmer uncovered, stirring occasionally, for 10 minutes longer.

To serve, arrange the chops on a heated platter and spoon the vegetables and sauce over them.

Steve Geppi

The owner of the world’s largest distributor of English-language comic books is Baltimore’s, Steve Geppi, who dropped out of high school to support his family. Today, Geppi’s Diamond Comic Distributors, Inc. has a 52 percent market share of this $500 million comic book industry. Geppi is also a minority owner of the Baltimore Orioles and the publisher of Baltimore Magazine.

Steve Geppi was born January 24, 1950 in Baltimore’s Little Italy and completed the 8th grade before leaving school. Geppi’s first job was handling the comics for a local store, where the nine-year-old avidly read comics including his favorite Archie des bandes dessinées. Ever the entrepreneur, Geppi asked to be paid in comics because he could sell them to other kids and make a better “buck”. He left school in 1964 to support his mother and undertook a number of manual-labor jobs while dodging truant officers. He later enrolled in vocational school, but did not feel challenged.

Geppi passed the Postal Service’s carrier exam and achieved the “mailman’s dream” route in suburban Maryland. Geppi’s pay tripled in five years, allowing him to move his growing family out to the suburbs. In the summer of 1972, his nephew, George Kues, was reading an old Homme chauve-souris comic book and Geppi found himself back in his childhood memories of comics. He still loved comics and figured there “were a lot of guys who would feel the same way.” Buying a batch of old comics from a woman on his mail route, he was soon spending weekends at comic shows, buying and trading with other fans. After setting up as a part-time dealer at comic book conventions, he ultimately realised that he could make more money that way than at his job with the postal service.

He opened his first Geppi’s Comic World store under a TV repair shop in Baltimore and, while specialising in older collectible comics, began carrying new comics, chiefly as a means of attracting regular customers to the store each week. Geppi stocked his store with collections he found through the classifieds. One of the first specialty comic retailers in Maryland, Geppi built his business, as the comics industry grew. By 1981/82 he had four stores. In June 1994, Success Magazine featured Geppi on its cover, celebrating his “$250 Million Empire,” and highlighting his co-ownership of the Baltimore Orioles.

Old-Fashioned Italian-American Lasagna with Ricotta and Tomato Sauce

  • 2 cuillères à soupe d'huile d'olive
  • 3 large yellow onions, diced (about 3 cups)
  • Three 28-ounce cans plum tomatoes, drained
  • 1 cuillère à soupe de gros sel
  • 1 cuillère à café de poivre noir fraîchement moulu
  • 3 cups whole-milk ricotta
  • 2 oeufs
  • 3/4 cups finely grated Parmigiano-Reggiano, divided
  • 2 cuillères à soupe de basilic frais haché
  • 1/4 cuillère à café de muscade fraîchement râpée
  • 18 lasagna noodles, parboiled
  • 1 pound mozzarella, grated (about 3 cups)

Heat olive oil over moderate heat in large saucepan. Add onions, stir and cover. Cook for about 20 minutes, stirring occasionally, until onions are translucent. Purée plum tomatoes and add to the pan. Add 2 teaspoons of coarse salt and 1/2 teaspoon of pepper. Cook, uncovered, for about 30 minutes, or until the sauce thickens.

In a bowl mix ricotta, eggs, 1/4 cup of Parmigiano-Reggiano, basil, remaining salt and pepper and nutmeg. Bien mélanger pour combiner.

Generously oil the bottom and sides of a 13 x 9 inch baking pan.

Take 3/4 cups of tomato sauce and spread it on the bottom of the pan. Place 3 lasagna noodles on the bottom of the pan, overlapping them slightly. Spread a 1/2 cup of ricotta mixture evenly over the noodles. Spread 3/4 cups tomato sauce on top of this. Sprinkle with a heaping 1/3 cup of mozzarella.

Repeat this process 4 times. Then place the last 3 noodles on top and sprinkle with any remaining sauce, remaining mozzarella and remaining 1/2 cup of Parmigiano-Reggiano. (The lasagna may be assembled up to this point in advance and stored in the refrigerator, covered. Bring to room temperature before cooking.)

Preheat the oven to 400 degrees F. Bake on the top shelf of the oven for 20 to 25 minutes or until the cheese is melted. Let sit for 5 minutes before cutting.

Lido Anthony “Lee” Iacocca

Lido Anthony “Lee” Iacocca, born October 15, 1924, is an American businessman known for engineering the Ford Mustang and Ford Pinto cars and his revival of the Chrysler Corporation in the 1980s. He served as President and CEO of Chrysler from 1978 and as Chairman from 1979 until his retirement at the end of 1992.

Iacocca was born in Allentown, Pennsylvania to Nicola Iacocca and Antonietta Perrotta, Italian immigrants who came from San Marco dei Cavoti, Benevento, Italy and settled in Pennsylvania’s steel-making belt where they operated the restaurant, Yocco’s Hot Dogs. Iacocca graduated from Allentown High School in 1942 and Lehigh University in neighboring Bethlehem, Pennsylvania, with a degree in industrial engineering. After graduating from Lehigh, he won the Wallace Memorial Fellowship and went to Princeton University for additional studies. He then began a career at the Ford Motor Company as an engineer. Eventually dissatisfied with that job, he switched career paths entering the company’s sales force. He was very successful in sales and he moved up through the ranks at Ford, eventually into product development. Iacocca participated in the design of several successful Ford automobiles, most notably the Ford Mustang, the Lincoln Continental Mark III, the Ford Escort and the revival of the Mercury brand in the late 1960s, including the introduction of the Mercury Cougar and Mercury Marquis. Eventually, he became the president of the Ford Motor Company, but he clashed with owner, Henry Ford II. He was fired on July 13, 1978 although the company posted a $2 billion profit for that year.

Iacocca was strongly courted by the Chrysler Corporation, which was on the verge of going out of business. At the time the company was losing millions, largely due to recalls of its Dodge Aspen and Plymouth Volare. Iacocca joined Chrysler and began rebuilding the entire company from the ground up, laying off workers, selling the Chrysler European division to Peugeot and bringing in many former associates from his former company. Realizing that the company would go out of business if it did not receive a significant amount of money for a turnaround, Iacocca approached the United States Congress in 1979 and asked for a loan guarantee. While some have said that Congress lent Chrysler the money, the government only guaranteed the loans. Most observers thought this was an unprecedented move, but Iacocca pointed to the government’s bailouts of the airline and railroad industries. He argued that there were more jobs at stake, if Chrysler failed. Iacocca received the loan guarantee from the government, whose decision caused controversy, but the company made a successful turn around. Throughout the 1980s, Iacocca appeared in a series of commercials for the company’s vehicles, using the ad campaign, “The pride is back” and he also used what was to become his trademark phrase: “If you can find a better car, buy it.”

Campana’s Pizza Margherita

Makes 4 individual pizzas or 1 large pizza

  • 3/4 cup warm (105-115°F) water
  • 2 1/2 teaspoons (1 package) dry yeast
  • 1 cuillère à café de miel
  • 1 1/3 cups bread flour
  • 1 cup semolina flour
  • 1/4 cuillère à café de sel
  • Vegetable oil for coating
  • Cornmeal for sprinkling (optional)
  • 1 tablespoon extra-virgin olive oil
  • 1 tablespoon chopped fresh basil
  • 1 cuillère à café d'origan frais haché
  • 1 gousse d'ail, émincée
  • Poivre fraîchement moulu
  • 1 cup tomato purée
  • 4 plum (Roma) tomatoes, sliced
  • 4 1/4 oz part-skim mozzarella, thinly sliced
  • 1/4 cup grated Parmesan

Combine the water, yeast and honey in a large bowl. Stir in just enough of the bread flour to make a batter about the consistency of buttermilk (about 1/3-1/2 cup). Cover and let proof in a warm place until the surface is puffy, about 1 hour.

Add the remaining bread flour, the semolina flour and the salt. Knead in a stand mixer fitted with dough hook on medium speed, or by hand, until the dough is smooth, springy and elastic, 4 minutes with the mixer or 10 minutes by hand. Rub the dough lightly with oil, place in a clean bowl and cover with a cloth. Let the dough rise at warm room temperature until doubled in volume, about 1 1/2 hours.

Punch down the dough and divide into 4 equal pieces for individual pizzas or leave it whole for a large pizza. Form the dough into smooth ball(s), cover and let rise again until doubled in volume, 45-60 minutes.

Préchauffer le four à 450 °F. Lightly oil a 16-inch pizza pan or two large baking sheets with oil and scatter with cornmeal.

On a lightly floured surface, roll and stretch out the ball(s) of dough to an even 1/4-inch thickness on a floured work surface and place on the baking sheets or press the dough onto the pizza pan. If the dough has not relaxed properly, it may spring back as you stretch it.

For the topping, mix together the olive oil, basil, oregano, garlic and pepper to taste. Spread this mixture evenly over the pizza dough. Spread evenly with the tomato purée and top with the sliced tomatoes and mozzarella. Scatter the Parmesan over the top.

Bake until the dough is golden brown and the toppings are very hot, 20-30 minutes for 1 large pizza or 10-12 minutes for individual rounds. Couper en quartiers et servir.


Voir la vidéo: DELICIOSA PARRILLADA DE MARISCOS (Septembre 2021).